COOP Atlantique: chronique d’une fin annoncée

La coopérative, qui était autrefois un employeur et un moteur économique important dans de nombreuses communautés, est dissoute et vendue à différentes entreprises. Par Patrick de Grasse.

Au début novembre, Coop Atlantique mettait fin à ses
activités.
La coopérative, fondée en 1927, était en difficultés financières depuis quelque temps et avait étudié sérieusement la question à partir de l’automne 2014. Un plan de redressement était présenté en avril dernier, comprenant entre autres la fin de l’approvisionnement des magasins. Le 25 juin, Coop Atlantique se plaçait sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). La firme KPMG avait ensuite été choisie pour contrôler la coopérative.

Lisez la suite à la page 11 du numéro de décembre de l’Écho d’Acadie

1280px-Magasin_Coopérative_Caraquet
L’ancienne Coop de Caraquet. Photo: Patrick de Grasse

La fin de Coop Atlantique

Coop Atlantique vend tous ses actifs et met fin à ses activités. La coopérative, fondée en 1927, avait déjà vendu son secteur de distribution alimentaire à Sobeys en juin. CST Canada Co. a aussi acheté sa division énergétique. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, la Coop Fédéré du Québec achètera la division agricole. Les 1900 logements sociaux appartiennent quant à eux désormais à une compagnie formée par des employés. La cour du Banc de la Reine a aussi permit à la Coop de vendre sa part de 50% dans Country Ribbon , une entreprise de poulet de Terre-Neuve-et-Labrador. Le reste des actifs devraient être vendus la semaine prochaine.

La Coop ne disparaîtra pas totalement puisque 60 magasins indépendants continueront d’exister.

Par Patrick de Grasse