Rien ne va plus à la SANB (mise à jour)

Une crise de confiance secoue depuis juin la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB).

L’assemblée de juin

L’assemblée annuelle de la SANB, ayant eut lieu en juin à Grand-Sault, fut annulée lorsque la Forum des organismes acadien décida de boycotter l’événement. Une motion de censure envers la présidente fut ainsi adoptée le 12. Le président du Forum, Jacques Verge, n’a pas précisé la raison de cette motion mais soutient qu’une «  série d’événements une série d’incidents au cours des derniers mois qui ont fait en sorte que les organismes ont perdu confiance ».

Des délégués ont dénoncé le fait que les organismes n’ont pas assez de voix aux assemblées, le vote d’un représentant étant égal au vote d’un citoyen. En effet, la SANB est formée d’un forum des organismes et un forum des citoyens. On accuse aussi la présidente d’ingérence et un style de gestion autocratique.

Le 13 juin, Jeanne-d’Arc Gaudet est soutenue par une motion de confiance. Les délégués présents, membres du Forum des citoyens, déclarent tout de même l’assemblée non valide et votent pour un processus de médiation avec les organismes.

Lettres ouvertes
Le 16 juin, Jacques Verge publie une lettre demandant la démission de la présidente, « pour le bien-être de [la SANB] ». Jeanne-d’Arc Gaudet répond elle-même dans une lettre ouverte qu’elle refuse de démissionner mais reconnait qu’il y a « des défis de gouvernance presque insurmontables à la SANB » et qu’« il faut réformer » l’organisation. La présidente reçoit quant à elle le soutien de plusieurs dirigeants, dont Hélène Boudreau, vice-présidente du Forum des citoyens.

Médiation sans effet
Même si le conflit ne se résous pas, le conseil d’administration propose la tenue d’une nouvelle assemblée du 7 au 8 novembre. La présidente finit par l’annuler et la repousser de quelques mois.

Cette décision fait suite à une proposition de résolution du conflit de la part de Patrimoine canadien, le principal bailleurs de fonds de la SANB.

Jean-Guy Rioux, un ancien président de la SANB, déplore que l’organisme en soit rendu là et rappelle que l’organisme est obligé de tenir une assemblée annuelle au plus six mois après la fin de l’exercice financier et que le délai est déjà dépassé. Il avoue quand même qu’il faut « changer cette structure » .

Le 13 novembre, six membres du conseil d’adminsitration de la SANB, notamment Jacques Verge, démissionnent, en dénonçant le « dysfonctionne-ment généralisé » et le « style de leadership » de la présidente. La porte-parole de la SANB, Chantal Varin, affirme « qu’il est désormais impossible de remplir notre mandat de façon adéquate et transparente ». La présidente se dit « soulagée » de cette vague de démission et qu’elle va se « rendre au moins jusqu’au 28 novembre pour voir quel genre de modèle de gouvernance veulent les citoyens. ».

L’ancien président, Jean-Marc Nadeau, croit que tous les membres du conseil d’administration devraient démissionner, pour « mettre le compteur à zéro ».

Le Forum citoyen de la Société de l’Acadie du N.-B. a organisé une journée de réflexion «  pour repenser la structure de gouvernance » le 28 novembre dernier à Moncton. Selon les observateurs, la rencontre s’est déroulée dans le calme.

Le numéro de janvier de l’Écho d’Acadie vous informera des nouveaux développements.

Cet article fut publié dans le numéro de décembre de l’Écho d’Acadie, accessible gratuitement en suivant ce lien.

Par Patrick de Grasse

Publicités

Radiothon Arbre de l’Espoir: 1,8 millions $ en dons!

Le radiothon de l’Arbre de l’espoir a permis de récolter 1,8 millions de dollars pour la lutte contre le cancer au Nouveau-Brunswick. C’est le deuxième plus grand résultat de l’histoire de l’événement et, comme l’an passé, un important don dans les dernières minutes a permis de dépasser l’objectif, fixé à 1,7 millions $. L’édition de cette année était présidée par les comédiens Luc Leblanc et Robert Maillet.

Plus de détails dans le prochain numéro de l’Écho d’Acadie, dont la sortie est prévue pour le 19 décembre.

Deux nouveaux services de VIA Rail dans les Maritimes?

VIA Rail Canada prévoit implanter deux nouveaux services dans les Maritimes dès l’an prochain. Le premier, entre Moncton et Campbellton, partira le matin et retournera en soirée. Un autre service, entre Moncton et Halifax, aurait une fréquence similaire. Le tout se fera sans changer la fréquence du train L’Océan, circulant entre Halifax et Montréal trois fois par semaine. Le mois dernier, VIA Rail annonçait que le nombre de passagers sur le trajet de L’Océan avait augmenté de 13% à l’été 2015, après plusieurs années de baisses.

À venir dans le prochain numéro de L’Écho d’Acadie: un dossier sur l’avenir de nos infrastructures. Disponible le 21 novembre prochain.

Par Patrick de Grasse

Le réseau ferroviaire actuel au Nouveau-Brunswick. Le trajet de Cmapbellton à Moncton est en bleu foncé, celui de Moncton à Halifax est de couleur saumon.
Le réseau ferroviaire actuel au Nouveau-Brunswick. Le trajet de Campbellton à Moncton est en bleu foncé, celui de Moncton à Halifax est de couleur saumon. Photo:                                               © Sémhur / Wikimedia Commons / CC-BY-SA-3.0 (or Free Art License)

Il y aura enquête au Centre naval du Nouveau-Brunswick (mise à jour)

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick se penchera sur le cas des factures impayées au Centre naval du Nouveau-Brunswick, à Bas-Caraquet. Denis Landry, le ministre des Ressources naturelles, confirme que le gouvernement, par l’entremise de sa Société de développement régional, mène une enquête.

Cette société a été mise sur pied par les municipalité de Caraquet et Bas-Caraquet. Selon ce que Radio-Canada rapporte, les maires des deux municipalités considèrent que les difficultés du centre naval ne sont que des « petits détails ». Selon Denis Landry, « le gouvernement veut savoir exactement les chiffres. On veut pas aller à l’aveuglette » et rajoute « si c’était pas sérieux, y’aurait pas d’enquête ».

En entrevue à L’Écho d’Acadie, Kevin J. Haché, le maire de Caraquet, a confirmé les différentes parties impliquées se sont entendues pour ne pas faire de déclarations publiques à ce sujet avant la fin de l’enquête. D’ailleurs, les maires des deux municipalités se sont rencontrés à huis cols lundi, le 2 novembre. Le 16 octobre dernier, en marge de l’assemblée annuelle de l’Association francophone des municipalités, 15 maires avaient visité le centre naval, sans pouvoir obtenir de l’information au sujet des montants dû.

Trois entreprises, soit Foulem Construction de Caraquet, Genibuild Construction de Tracadie et Spec 5 Services de Bathurst réclament en tout environ 1,5 millions $ pour des travaux impayés.

Un dossier sur le sujet sera publié dans le prochain numéro de L’Écho d’Acadie, prévu pour le 21 novembre.

Par Patrick de Grasse